Le mag

Améliorer l’IVV par une bonne préparation de la mise à la reproduction

Après la mise-bas, certains éleveurs allaitants peuvent rencontrer des difficultés à remettre certaines vaches à la reproduction : chaleurs silencieuses, avortements, absence de reprise de cyclicité, etc. La préparation de cette mise à la reproduction au travers d’une alimentation adaptée avant et après vêlage, ainsi qu’une complémentation minérale adaptée, est un moyen efficace pour améliorer les résultats de reproduction de l’exploitation.

Témoignage

« La reproduction est la fonction de luxe : il faut que tout aille bien pour que la mise à la reproduction fonctionne ! Bien préparer la mise à la reproduction permet d’améliorer l’efficience de la ration alimentaire et ainsi améliorer positivement la reproduction, la santé et la production du troupeau. »

Michel Dailloux
Technicien Gamme GENIAL

En élevage allaitant, une mauvaise préparation de mise à la reproduction des vaches se traduit par un allongement du délai de mise à la reproduction. Ces décalages dans le cycle de production impactent la rentabilité économique des exploitations, puisque l’objectif premier en système bovin viande est de produire un veau par vache et par an et donc d’atteindre un intervalle vêlage-vêlage idéal de 365 jours.

 

Michel DAILLOUX, Technicien pour la gamme GENIAL sur le sud France depuis 2016, nous parle de l’intérêt de travailler sur la préparation de la mise à la reproduction des vaches en élevage allaitant et nous propose différentes solutions minérales adaptées à chaque type d’exploitation !

 

Bien préparer le vêlage pour réussir sa reproduction

 

La préparation au vêlage est un moment clé dans la conduite d’élevage, parce qu’elle conditionne pour beaucoup le retour des fonctions de reproduction. Cette période, souvent sous-estimée, est pourtant une des clés de réussite en système allaitant pour diminuer l’IVV. Elle correspond à la phase de préparation au vêlage. Ainsi, l’importance accordée par l’éleveur à cette phase va conditionner le futur vêlage, mais également la reproduction suivante. En effet, il faut savoir que le cycle folliculaire chez la vache reprend dès le dernier mois de gestation. Une mauvaise préparation au vêlage pourrait donc conduire à :
 
• Un retard et/ou une diminution de l’activité ovarienne de la femelle gestante ;
• Une rétention placentaire, des métrites, un retard d’involution utérine ;
• Une absence de fécondation 
• Une mortalité embryonnaire précoce. 
 
Afin d’éviter l’apparition de ces troubles autour de la reproduction, l’éleveur doit maitriser plusieurs paramètres : 
 
• Permettre un apport d’énergie suffisant via l’alimentation afin de couvrir les besoins de la vache gestante et donc de son futur veau. Plusieurs études ont fait état de la relation existante entre le statut nutritionnel et les performances reproductives chez les bovins. Un constat général est que des vaches maintenues sur une ration équilibrée et suffisante avant le vêlage ont un intervalle vêlage-première ovulation plus court que des vaches recevant une ration déficiente.
 
Apporter une complémentation adaptée. La supplémentation des vaches en fin de gestation est doublement intéressante car elle permet d’améliorer la qualité du colostrum et la santé du veau d’une part, et de faciliter le vêlage d’autre part, en favorisant les contractions utérines au moment du vêlage, permettant une meilleure expulsion du veau et de la matrice. 
 
Une fois tous ces paramètres pris en compte, il y a l'étape de la surveillance des vêlages. Quelques jours avant la mise bas, il est conseillé de transférer la vache dans un box de vêlage propre. Afin de répondre aux besoins de la future mère en termes d’hygiène et de bien-être social, il est préférable que ce box soit spacieux, fraîchement paillé, avec de l'eau en quantité, et qu’il permette un contact visuel avec le reste du troupeau.
 

La reprise d’état corporel : un signe prédominant pour une bonne reprise de cyclicité !

 

La balance énergétique est définie comme l’énergie nette consommée moins l’énergie requise pour l’entretien et la production. Une ingestion insuffisante d’énergie, de protéines, de vitamines, d’oligo-élements et de macro-minéraux ont tous été associés avec une faible performance reproductive. De toutes ces composantes nutritionnelles, l’énergie est probablement le nutriment le plus intimement relié aux faibles performances reproductives des vaches durant la période entourant le vêlage. Durant les 4 à 10 semaines suivant le vêlage, un grand nombre de vaches et surtout les génisses en système allaitant, expérimentent une balance énergétique négative. Ce statut nutritionnel négatif survient par l’incapacité des vaches à consommer assez de matière sèche (de nutriments) pour supporter les fonctions vitales de base (besoins d’entretien), la lactation et la reproduction.
 
Des chercheurs ont priorisé l’usage métabolique de l’énergie disponible chez les ruminants selon les états physiologiques et les ont classés en ordre d’importance. C’est à dire, où l’énergie ira en priorité selon les fonctions ou les statuts de l’animal :
 
1) Métabolisme basal (énergie d’entretien) ;
2) L’activité quotidienne ;
3) La croissance ;
4) Les réserves énergétiques ;
5) La gestation ;
6) La lactation ;
7) Les réserves énergétiques additionnelles ;
8) Le cycle ovarien et l’initiation de la gestation ;
9) L’excès de réserves énergétiques.
 
Basée sur cette liste de priorités métaboliques, la fonction reproductive est compromise durant la période de déficience énergétique car l’énergie disponible est utilisée pour les réserves énergétiques de base et la production de lait.
 
L’énergie exerce aussi une action cruciale sur la production d’hormones reliées à la reproduction. Une balance énergétique positive stimule la production de toutes les hormones reliées au développement folliculaire, à l’ovulation et à l’apparition des chaleurs.
 
amelioration IVV2

 

Optimiser votre complémentation minérale avec GENIAL !

Lancée sur le marché en 2010, la marque Génial commercialise auprès des coopératives d'insémination une solution issue de la recherche en nutrigénomique pour améliorer les performances de reproduction des ruminants.
 
La nutrigénomique, qu’est-ce que c’est ? Il s’agit du lien entre la nutrition et l’expression des gènes. Elle étudie la manière dont le régime alimentaire influence la transcription des gènes et le métabolisme. Elle explique en quoi la nutrition est un élément-clef dans la compréhension de l’interaction entre le système génétique sur la production et les performances de l’animal. Concrètement : « Comment nourrir les gênes ».
 
GENIAL, c’est donc un concentré d’innovation pour :
• Influencer l’expression des gènes ;
• Activer les fonctions de reproduction ;
• Améliorer l’immunité.
 
mezenc-charolaises-ab_BD-026
La gamme GENIAL est étendue afin de répondre au mieux aux besoins des éleveurs : amélioration de la croissance des veaux, préparation au vêlage, amélioration de la fécondité, etc. En ce qui concerne l’amélioration de la mise à la reproduction, la gamme GENIAL Pré-vêlage est une solution efficace. Cette solution, distribuée 6 à 8 semaines avant le vêlage, prépare les génisses et les vaches pour qu’elles aient une bonne délivrance, une vidange utérine rapide et une bonne reprise de cyclicité. Elle permet également d’augmenter la qualité du colostrum, favorisant ainsi l’immunité des veaux à naître. 

Découvrez notre offre GENIAL et choisissez la gamme qui vous convient !

 

Ces articles pourraient également vous plaire

Événements

Reproduction Caprine

Connaître les principes fondamentaux de la reproduction chez la chèvre et développer ses compétences pour gagner en autonomie dans la gestion de son troupeau.

Lire l'article
Bovins Viande

Le monitoring, une solution pour améliorer la détection des chaleurs

La mise en place d’outils monitoring aide les éleveurs allaitants à détecter les chaleurs après la mise-bas de leurs vaches de façon à améliorer les résultats de reproduction de l’exploitation. 

Lire l'article
Repro, Bovins Lait

L’importance du suivi échographique pour réussir la reproduction. Les éleveurs nous en parlent …

Installée depuis 2005 avec 4 associés de sa famille au Gaec du Monteil, sur la commune de Mazeyrat d’Allier (43), Muriel TRIDOT a fait le choix du suivi échographique PERF’ALL pour ses 120 Holstein hautes productrices. Elle nous explique pourquoi…

Lire l'article