My XR

Le mag

Intérêts du vêlage 2 ans en limousine avec la complémentation genial

Exploitant individuel en Haute-Loire, Soulier Raphaël a fait le choix de faire vêler ses limousines à 2 ans, il nous explique pourquoi et comment il y est parvenu …

Témoignage

« J’ai commencé le vêlage à 2 ans en 2019 pour réduire mon chargement. Depuis 1 an, j’utilise l’Activ et le PréVêlage de Génial afin d’avoir des génisses bien développées et avoir une réussite optimale à l’IA. Cela permet d’avoir un veau supplémentaire sur la durée de vie de l’animal. »

soulier raphael
Exploitation individuelle Soulier Raphael

Exploitant individuel installé sur la commune de Chadrac en Haute-Loire, Raphaël SOULIER conduit une exploitation en polyculture élevage avec un troupeau de 52 mères Limousines sur une surface de 85 ha. Egalement double actif au Service de Remplacement, à Altitude et Saufrex, il a choisi de faire vêler ses génisses à 2 ans. Il nous raconte pourquoi, et comment il y est parvenu…

 

la conduite de la repro

« Du fait que je manquais de surface en bâtiment et à la pâture, j’ai commencé à faire du vêlage à 2 ans en 2019 pour réduire mon chargement. C’est une pratique que j’ai pu voir sur des élevages voisins avec de bons résultats. Aujourd’hui, je conduis le troupeau avec un taux de renouvellement d’environ 20 % pour avoir une dizaine de génisses par an. Elles sont toutes inséminées fin décembre à l’âge de 15 mois, avec un protocole de synchronisation pour un vêlage à 24 mois. La période de vêlage se déroule de fin août à fin septembre. »

 

le choix d’une bonne complémentation

« De la naissance jusqu’au sevrage à 8 mois, les femelles sont élevées avec de l’aliment à 18% de protéines, distribué à volonté.
Cette année, pour avoir une bonne croissance, j’ai choisi de leur donner du GENIAL Activ’, à hauteur de 100 g par jour et par génisse âgée de 8 à 14 mois.
De 14 à 16 mois, elles sont ensuite complémentées avec du GENIAL PréVêlage, avant et après l’IA, pour favoriser la fécondation.
Ces deux produits permettent d’avoir une génisse avec une bonne cyclicité et une bonne croissance pour un poids d’environ 450 kg à l’IA. Cette année, la réussite à l’IA a été de 100%!
Enfin, les génisses reçoivent une préparation au vêlage, pour que les mises-bas se déroulent dans de bonnes conditions. C’est en général le cas, et je m’assure que la majorité des vêlages aient lieu en bâtiment. »


image article soulier raphaël3

 

LE CHOIX DES TAUREAUX

« J’utilise des taureaux qui ont une bonne facilité de naissance. Je recherche des animaux pas très grands mais avec une bonne capacité à se développer après vêlage, et aussi avec une bonne aptitude bouchère pour un classement en U. Je sélectionne également le gène sans corne pour un meilleur confort de travail. Cette année, les taureaux utilisés sur les génisses et correspondant à mes attentes ont été Erebos, Nesono PP et Oniwer.
Cette sélection de taureaux d’IA Limousins permet d’avancer plus rapidement du point de vue génétique, sans problème au vêlage, et de renouveler plus vite les vaches du troupeau en cas de besoin. On peut remarquer que les génisses ayant vêlé à 24 mois ont un poids carcasse plus faible que les vaches ayant vêlé plus tard, mais elles font un veau en plus sur leur durée de vie! Cela permet un bénéfice économique, car il n’y a pas de vaches improductives ; toutes sont pleines ! J’ai aussi remarqué que les génisses vêlant à 24 mois ont de meilleures mamelles, avec un pis qui ne descend pas dans le temps. »

 

image article soulier raphaël2

Ces articles pourraient également vous plaire

Ovins, Produits Techniques

L'innovation au service de la performance

GENIAL, l’innovation entre la génétique et l’alimentation, accompagne les éleveurs ovins dans l’amélioration de l'immunité et de la reproduction du troupeau.

Génétique

l'intérêt du pointage, Par Charlotte Gayet, Xperte CREA

Depuis l’avènement de la génomique et du génotypage, la nécessité de recourir au pointage apparaît moins évidente pour de nombreux éleveurs. Charlotte GAYET nous éclaire sur l’intérêt de cette pratique…

Génétique

La génétique, une affaire de famille !

« Assez rapidement, nous avons pratiqué le génotypage pour voir où se situait le niveau génétique de notre troupeau. Aujourd’hui, c’est tout le troupeau qui est génotypé. Avec cela, nous nous sommes aperçus qu’il y avait des souches très intéressantes à travailler."