My XR

Le mag

Les atouts du Tanin de Châtaignier pour l'ensilage

Préparer l’ensilage pour améliorer sa conservation, la valorisation de la protéine, et l’appétence, un enjeu technique et économique pour les élevages.

Témoignage

« Améliorer la conservation des ensilages est un véritable enjeu pour les élevages. La Politique Agricole Commune (PAC) tend vers une augmentation de la production de protéines. Valoriser ces protéines par le biais du tanin de châtaignier permet de limiter le gaspillage et de répondre aux attentes de la PAC. »

Patrick Cheucle
Nutritionniste spécialiste des ruminants depuis plus de 30 ans

L’ensilage est une étape importante pour la conservation de ses fourrages. Obtenir une ration appétente, avec une bonne valorisation de la protéine du silo, et une meilleure conservation, sont des objectifs atteignables grâce au tannin de châtaignier.

 

Favoriser la conservation de son ensilage

 

Patrick Cheucle, Nutritionniste spécialiste des ruminants depuis plus de 30 ans, revient sur l’intérêt du tanin de châtaignier pour l’ensilage.


« Utilisé depuis plus d’une trentaine d’années, le tanin de châtaignier est un produit naturel, utilisable également en agriculture biologique. Extrait de jus de panneaux de fibres de bois de châtaignier d’origine naturelle, il recèle de nombreuses propriétés, comme celle d’une meilleure conservation de son silo.


Lorsque vient le moment d’ensiler, les bactéries présentes naturellement dans l’ensilage fabriquent de l’acide lactique, qui lui-même participera à faire baisser le pH. Cette baisse favorise la conservation. Plus il baisse rapidement, si possible au niveau du pH 4, plus la qualité de la ration sera assurée.


Réaliser un apport de tanin de châtaigner dans l’ensilage, c’est amener du sucre. Plus il est présent en grande quantité, plus le pH de l’ensilage diminuera rapidement, ce qui améliorera ainsi la conservation du fourrage.


En règle générale, si l’ensilage d’herbe est trop humide (en dessous de 20g/m3 de matière sèche), ou trop sec (au-dessus de 30g/m3 à 35g/m3 de matière sèche), les conservateurs biologiques, les bactéries, ne se mettent pas en action. Le tanin de Châtaignier lui, n’est pas dépendant du niveau d’humidité du tas de matières premières que l’on souhaite traiter. Il permet une mise en action efficace, indépendante du taux d’humidité. »

Valorisation de la protéine & appétence

 

Pour Patrick Cheucle, « la valorisation des protéines d’un silo est essentielle, à la fois techniquement et économiquement. La Politique Agricole Commune (PAC) tend vers une augmentation de la production de protéines sur les élevages. Le tanin de châtaignier permet de mieux valoriser la protéine sur l’exploitation, de moins la gaspiller.


Au lieu de partir dans les effluents d’ensilage, la protéine restera intégrée dans le fourrage. Dans un ensilage, il y a environ 7 à 10% de matière qui est gaspillée car mal conservée. L’apport des sucres du tanin permet de réduire cette perte. C’est autant de kilos de protéine qui ne seront pas à acheter par la suite.


De plus, certains ensilages qui étaient jusqu’alors bien conservés, peuvent subir les aléas de la météo, comme la pluie par exemple. Elle engendre une dégradation de l’appétence pour les animaux. D’autres silos peuvent être passés de date. Le sucre contenu à 50% dans le tanin permet de compenser cette perte et d’obtenir une meilleure appétence du fourrage. »

 

CONTACTEZ VOTRE XPERT !

Ces articles pourraient également vous plaire

Bovins Lait

L’élevage des veaux et des génisses

La complémentation des veaux et génisses d’élevage est primordiale pour sécuriser leur élevage et permettre l’expression de tout leur potentiel une fois adultes. Eleveur dans le Rhône, Thierry FOURNEL nous livre son retour d’expérience.

Lire l'article
Featured, Formations

Les éleveurs de retour en formation !

L’offre de formations XR Académia reprend de l’activité ce début d’année, avec plusieurs dates de prévues sur les Terriroires.

Lire l'article
Génétique

10 ans après son lancement, le génotypage n’en finit pas de convaincre !

Installé en Gaec en Isère, Jérémy DURAND est un jeune éleveur qui a pour ambition d’améliorer les performances techniques et économiques de son troupeau Montbéliard grâce au génotypage pour mieux connaître la valeur génétique de ses vaches.

Lire l'article