Le mag

Les clés pour améliorer la santé mamelle de vos chèvres

Prévenir les infections mammaires en élevage caprin nécessite de bonnes pratiques de traite et le bon réglage de l’installation de traite.

Témoignage

Après les règles d’hygiène pour lutter contre la contamination mammaire, le réglage et l’entretien de la machine à traire est le deuxième poste-clé pour garantir une bonne santé de la mamelle.

Vanessa BELUSSO
GAEC de ROBIN (26)

De bonnes pratiques de traite visent à atteindre trois objectifs : limiter la contamination passive par l’hygiène des mains, limiter la pénétration des bactéries par le canal du trayon, éviter les traumatismes du trayon par une traite non agressive.


Pour y parvenir, il faut s’intéresser à un ensemble de gestes ou pratiques qui se déroulent de la préparation à la fin de la traite.

 

Lutter contre la contamination mammaire


Il est bien connu que, chez les vaches, la toilette du pis est une nécessité à cause de l'humidité des bouses, alors que chez les chèvres, le pis est plus propre parce que le fumier est beaucoup plus sec. Ce n'est pas pour autant que les pis et les trayons des chèvres sont exempts de bactéries capables d'altérer la qualité du lait. Les bactéries peuvent s'introduire dans le pis par l'orifice du trayon pour y déclencher la mammite. Pour éviter que le lait des citernes réfrigérantes affiche des hausses subites dans les comptages des bactéries et des cellules somatiques, l’éleveur doit respecter certaines règles d’hygiène de traite.


L’ordre de traite : il est recommandé de faire passer en premier les chèvres présumées non infectées, et en dernier les chèvres présumées infectées pour limiter le risque d’infection par les faisceaux trayeurs. Si cela n’est pas possible, il est conseillé de réaliser un ordre de traite avec les primipares en premier puisque ces dernières sont supposées saines.


L’hygiène des mains du trayeur : les mains peuvent être vectrices de bactéries. Un nettoyage avant la traite est donc indispensable.


L’hygiène de traite : l’idéal serait comme en troupeau bovin d’effectuer un pré-trempage des trayons avant la traite afin d’éviter les contaminations. En effet, une étude menée en 2002 par l’Institut de l’Elevage en partenariat avec l’INRA, a démontré que l’utilisation du pré-trempage permettait de réduire de près de 32% le risque de nouvelles infections mammaires.


Dans les cas difficiles, la désinfection des manchons entre chaque chèvre peut être utile.


Eviter la surtraite : des sifflements en fin de traite peuvent indiquer une surtraite. Cela signifie que la mamelle est traite et que la chèvre reste « branchée ». Cela peut provoquer une dégradation de l’état du trayon (traumatisme du sphincter, présence d’anneaux de compression, …). Ces lésions diminuent les défenses naturelles de la mamelle.


Dépose en douceur des faisceaux trayeurs : pour ne pas traumatiser les trayons, il est important de couper le vide avant de débrancher la chèvre. Cela permet d’éviter d’arracher les faisceaux trayeurs de la mamelle.


Hygiène et désinfection en fin de traite : des bactéries sont présentes sur la peau des trayons. A l'issue de la traite, le sphincter du trayon ne se referme pas immédiatement, augmentant alors le risque de pénétration des bactéries dans la mamelle. La désinfection après la traite vise à limiter ce risque. Celle-ci peut être conduite par trempage ou pulvérisation.

 

Le réglage et l’entretien de la machine à traire


Le réglage et l’entretien de la machine à traire sont le deuxième poste-clé pour garantir une bonne santé de la mamelle. La conception d’une salle de traite ne doit pas être prise à la légère. C’est elle qui conditionnera pour les années futures l’état de santé des mamelles des chèvres en production.


- Le niveau de vide doit se situer entre 38 et 40 kPa, pas moins de 34 kPa pour un lactoduc en ligne basse et pas plus de 43 kPa pour une ligne haute.
- La vitesse de pulsation se situe à 80-90 pulsations par minute avec un rapport de 60/40 (60 pour la phase de succion et 40 pour la phase de massage).
- Comme vu plus haut, la méthode de dépose des faisceaux trayeurs est à surveiller. Le moyen le plus simple est d’être muni d’une dépose automatique, le vide est coupé avant de retirer la griffe, il faudra juste vérifier les réglages. Ce système permet aussi de limiter la surtraite.


Une fois en service, cette machine à traire doit être contrôlée tous les ans pour ce qui est des paramètres de réglage. Le nettoyage est à réaliser après chaque traite en alternant l'utilisation de produits basiques et acides. Les manchons doivent être changés dès qu'ils sont usés (environ tous les ans).

Les éleveurs nous en parlent !

GAEC DE ROBIN - batiment

Installée depuis 2017 avec son conjoint au GAEC de ROBIN sur la commune de COMBOVIN (26), Vanessa BELUSSO gère l’atelier caprin composé de 150 chèvres laitières de race Alpine.


« Avant l’arrivée des chèvres sur l’exploitation le 1er Août 2018, j’ai mûrement réfléchi le bâtiment et ses installations. Rien n’a été laissé au hasard et surtout pas la conception de la salle de traite ! La machine à traire a été réglée pour une traite à 34 KPa pour un lactoduc en ligne basse. J’ai fait le choix d’une ligne basse pour diminuer la pression sur la mamelle des chèvres et ainsi limiter le risque de lésions mammaires. Une réserve d’air a également été rajoutée afin de réduire les à-coups dans la mamelle lors des décrochages des faisceaux trayeurs. »


GAEC DE ROBINL’entretien du matériel est également un souci du quotidien. « J’ai pris le parti d’effectuer un contrôle de conformité Certi’Traite et un contrôle du nettoyage Net’Traite chaque année. Les manchons, quant à eux, sont aussi révisés tous les ans. »


Aujourd’hui, en plus de toutes ces mesures, Vanessa a fait le choix de n’élever que des chevrettes issues de mères ayant moins de 500 000 cellules par ml de lait.

 

Découvrez notre gamme de produits de trempage Opti’Soin

Ces articles pourraient également vous plaire

Caprins

Performer la repro caprine par une offre adaptée

A l’automne 2019, XR Repro lançait une nouvelle offre de services XR Performa pour les élevages caprins de façon à répondre aux attentes des différents profils d’élevages. Retour sur l’intérêt de ce nouveau service...

Lire l'article
Bovins Viande

Le monitoring, une solution pour améliorer la détection des chaleurs

La mise en place d’outils monitoring aide les éleveurs allaitants à détecter les chaleurs après la mise-bas de leurs vaches de façon à améliorer les résultats de reproduction de l’exploitation. 

Lire l'article
Bovins, Produits Techniques

Quand le monitoring améliore la surveillance globale du troupeau…

La solution FarmLife de Médria propose de suivre le comportement des animaux tout au long de leur carrière pour ne pas passer à côté de choses importantes. Voyons lesquelles…

Lire l'article