My XR

Le mag

3 nouveaux index sur les rendus de génotypage Prim'Holstein !

Comment réduire l’acétonémie des vaches laitières Prim’Holstein, et leur donner toutes les chances pour avoir une bonne santé des pieds ? En trois mots : génétique, génotypage, et index !

Témoignage

Les index acétonémie et santé des pieds existent depuis plusieurs années pour la race Holstein . Ils sont désormais consultables sur tous les rendus de génotypage des femelles de la race !

Tiphaine Didry
Chef de projet Génétique - XR Repro

3 index font leur apparition sur les rendus de génotypage des femelles Prim’Holstein, pour la santé des pieds et l’acétonémie. Le but ? Prévenir en amont, grâce à la génétique, les pathologies qui impactent fortement les élevages bovins laitiers d’aujourd’hui.

 

Grâce aux nouveaux index santé des pieds, qui veut aller loin ménage sa monture !

 

Les boiteries représentent à ce jour la deuxième pathologie la plus répandue en élevage, juste derrière les mammites. On considère qu’un tiers des femelles en sont atteintes. Les boiteries ont un impact important à plusieurs niveaux. Au niveau financier, cela représente un coût en soins et en temps passé à soigner l’animal. Il faut compter en moyenne un budget de 130 € par vache atteinte de boiterie subclinique, et environ 265€ pour les boiteries cliniques.


Elles ont également un impact au niveau des réformes induites, de la production laitière (une vache atteinte de boiterie sévère aura une perte de production laitière d’environ 36%), et de la reproduction avec une baisse de l’expression des chaleurs.
Comment les détecter ?


L’animal aura tendance à avoir le réflexe de soulager sa douleur, en limitant l’appui sur le membre impacté. Il pourra alors avoir le dos arrondi, la démarche hésitante et des déplacements compliqués. Les boiteries proviennent soit de maladies infectieuses, soit de traumatismes ou de génétique. En conséquence, depuis 2017 ont été développés 2 index de synthèse pour mieux cibler la sélection sur la santé des pieds, et ainsi améliorer la résistance des troupeaux :


L’index RLI : Résistance aux lésions infectieuses. Il concerne les dermatites (50% du calcul de l’index), l’érosion de la corne du talon (25% du calcul de l’index) et la limace (25% du calcul de l’index).


L’index RLNI : Résistance aux lésions non infectieuses, pour l’ouverture de ligne blanche (40% du calcul de l’index), l’ulcère de la sole (40% du calcul de l’index), la bleime circonscrite (10% du calcul de l’index), la bleime diffuse (10% du calcul de l’index).


Ces index génétiques permettent aux éleveurs de passer en mode préventif plutôt que curatif, sur des pathologies ayant de forts impacts pour l’élevage. C’est un gain à la fois technique, économique et humain qui est réalisé. Pour un troupeau de 100 vaches laitières, la santé des pieds représente un impact économique de 5775€ par an. Avec l’utilisation des index sur une première génération, on attend une réduction de 10% des lésions et boiteries, soit 575€ d’économies (5,8€ annuel par vache laitière). Sur la seconde génération, ce sont 20% d’amélioration qui sont attendus, soit 1150€ d’économie cumulées (11,6€ par vache laitières par an).

 

L’acétonémie en chiffres

 

L’acétonémie est la principale maladie métabolique des vaches laitières en début de lactation. Elle a un impact sur la production laitière et la reproduction. Depuis 2016, il existe un index acétonémie permettant d’évaluer la capacité génétique des taureaux à transmettre des filles plus ou moins sensibles aux cétoses.

 

Index génomique VL Saine VL Subclinique VL Clinique
0 80% 16,4% 3,6%
>1 89,7% 9,4% 0,9%
Différence +9,7% -7% -2,7%
Source : Evolution

 

En utilisant cet index, pour une moyenne d’index de troupeau à 0, on s’attend à obtenir 80% du troupeau sain, 16,4% d’acétonémie subclinique et 3,6% clinique. Pour une moyenne d’index supérieure à 1, moins de 10% des vaches du troupeau déclenchent des acétonémies subcliniques, et moins de 1% pour les cliniques.

 

Pour un troupeau de 100 vaches laitières, il a été estimé que l’acétonémie a un impact financier de 5900€ par an. Dès la première génération, on peut attendre une réduction de 21% du nombre de vaches touchées. Ce chiffre monte jusqu’à 36% pour une seconde génération, soit une économie d’environ 21€ par vache laitière par an.


Au niveau d’XR REPRO, ces deux index sont disponibles depuis plusieurs années sur les offres génétiques des taureaux. Ils sont désormais consultables sur tous les rendus de génotypages des femelles génotypées.

Ces articles pourraient également vous plaire

Génétique, Bovins Lait

Le génotypage : un investissement durable et rentable

10 ans que la génomique est née, impliquant le renouvellement des taureaux et un nouveau pilotage de la stratégie de renouvellement des troupeaux.

Bovins Lait

L’élevage des veaux et des génisses

La complémentation des veaux et génisses d’élevage est primordiale pour sécuriser leur élevage et permettre l’expression de tout leur potentiel une fois adultes. Eleveur dans le Rhône, Thierry FOURNEL nous livre son retour d’expérience.

Génétique, Featured

Gagner en précision grâce au pointage & au génotypage

Installés en Gaec en Isère, Julien GIRARD et ses deux associés ont fait le choix, il y a 8 ans, de continuer l’ascension des performances techniques et économiques de leur troupeau Montbéliard en continuant à pointer leurs animaux, mais aussi en se lançant dans une démarche de génotypage.