My XR

Le mag

Comment effectuer son planning d’accouplement ?

Xpert Repro sur le secteur de Grézieu-Le-Marché, dans les Mont du Lyonnais, Jean-Christophe Dubost nous explique comment un planning d’accouplement est réalisé et quel est l’avantage du génotypage dans la stratégie d’accouplement...

Témoignage

Au final, on s’aperçoit que les personnes qui ont commencé à génotyper il y a 7 à 10 ans connaissent une progression extraordinaire. L’augmentation du niveau génétique dans les troupeaux favorise l’amélioration des performances techniques et économiques des exploitations. Avec une fiabilité de 85 à 90 %, pourquoi se priver du génotypage ?

Jean-Christophe DUBOST
Xpert Coordinateur, Territoire des Monts et Côteaux du Rhône

Le planning d’accouplement est un moment très important pour l’éleveur. Ce temps d’échange avec l’Xpert permet de faire le point sur le troupeau, valider les objectifs et orientations de l’exploitation et définir la conduite d’élevage à tenir.
Xpert Coordinateur dans le Monts & Côteaux du Rhône, Jean-Christophe DUBOST nous explique de quelle façon le génotypage vient renforcer le travail de sélection et le choix des accouplements pour assurer la performance technique et économique des élevages.

 

Les étapes de mise en place du planning d’accouplement

 

3-1

 

« Le planning d’accouplement est un rendez-vous très important pour les éleveurs, explique Jean-Christophe DUBOST. Il s’agit d’un moment d’échange et de convivialité avec son Xpert, mais pas seulement, car nous pouvons aussi être accompagnés d’un Conseiller Elevage et quelques fois d’un Technicien de race. Dans ces rencontres, chacun apporte un regard différent en fonction de sa spécialisation, c’est très enrichissant ! »

Généralement, Jean-Christophe aime consacrer 1h30 à 2h aux éleveurs. « Pendant ce rendez-vous, il est important de passer en revue les projets de l’exploitation et de bien redéfinir avec l’éleveur les objectifs pour l’année. Il faut rester vigilants et à l’écoute, car ces objectifs peuvent être modulés en fonction des attentes de l’éleveur ou des changements qui se sont opérés sur l’exploitation.

Une fois cela défini, je renseigne les objectifs de l’exploitation dans le logiciel PAM (Plan d’Accouplement Micro) qui est proposé aux éleveurs laitiers pour effectuer les accouplements.

Les objectifs sont décrits sous forme de pourcentage en fonction des priorités recensées : pour les différentes races laitières, il est possible d’appliquer sa stratégie et de choisir 3 critères parmi tous les index, sur lesquels on applique le pourcentage désiré. Il est souvent conseillé de mettre au moins 30 % d’ISU. En race Montbéliarde, on peut choisir les segments qui sont prédéfinis chez Umotest : production, rentabilité, sérénité et qualité.

Le logiciel permet ensuite de proposer pour chaque vache le meilleur choix de taureaux, tout en calculant la consanguinité et les tares génétiques des reproducteurs proposés.

Il arrive que les éleveurs choisissent en amont les taureaux qu’ils aimeraient bien voir avec une génisse. Le PAM est alors très utile, car il permet d’écarter les reproducteurs pour lesquels il y aurait trop de consanguinité. »

Optigen est un logiciel complémentaire au PAM qui permet de créer sa stratégie d’accouplement en effectuant des choix avant le planning d’accouplement. Le logiciel travaille sur le choix des semences : conventionnelles, croisées, sexées. Les chiffres-clés de l’exploitation et les revenus dégagés par chaque production sont notés sur Optigen afin de faire une projection économique sur le troupeau.


Les résultats de génotypage

au moment du planning d’accouplement

 

3-2

 

Pour Jean-Christophe DUBOST, « lorsqu’un cheptel est génotypé, l’éleveur a une connaissance plus fine du potentiel génétique de ses animaux. Les résultats de génotypage, automatiquement renseignés dans le logiciel d’accouplement, sont donc un outil précieux sur lequel s’appuyer au moment de faire le choix des accouplements.
En me connectant sur le PAM, j’ai la possibilité de consulter les fiches de rendu individuel de génotypage. Ces résultats, qui offrent une vue globale de la valeur génétique du troupeau, sont de bons supports pour échanger avec les éleveurs sur les objectifs de l’exploitation et les critères de sélection.
Ils nous permettent également de choisir plus facilement les génisses de renouvellement, les femelles à mettre en race pure et les femelles à mettre en croisé. La mise en avant des meilleures femelles permet notamment d’utiliser à bon escient la semence sexée.
Enfin, le fait d’avoir les index des génisses permet de voir quels sont leurs points forts et points faibles et ainsi d’accoupler au mieux les animaux pour corriger leurs défauts pénalisants.
Avant, sans le génotypage et le logiciel PAM, les accouplements se faisaient à l’œil et aux sentiments. La génomique a beaucoup aidé les éleveurs, mais aussi les inséminateurs, à travailler sur des critères plus techniques et moins sentimentaux. Nous nous sommes rendu compte que l’on travaillait certaines fois sur des lignées qui ne transmettaient rien à leurs descendances.
En quelques années, ces outils ont révolutionné le monde de la génétique. Il a fallu du temps, bien sûr, pour convaincre et donner pleine confiance, mais aujourd’hui les résultats sont là.
Si certains éleveurs continuent le pointage pour travailler sur les phénotypes, aujourd’hui, on utilise beaucoup la génomique. Au final, on s’aperçoit que les personnes qui ont commencé à génotyper il y a 7 à 10 ans connaissent une progression extraordinaire. L’augmentation du niveau génétique dans les troupeaux favorise l’amélioration des performances techniques et économiques des exploitations. Avec une fiabilité de 85 à 90 %, pourquoi se priver du génotypage ?»

 

Etre contacté par l’Xpert de votre territoire

 

 

 

 

 

 

Ces articles pourraient également vous plaire

Stress Thermique

Comment mieux valoriser la ration des vaches laitières en période de canicule ?

Associé au GAEC des Deux Vallons, Cédric DIVINIA nous présente les modifications effectuées au niveau de l’alimentation pour que la ration des laitières soit valorisée au maximum et pour limiter la diminution des performances durant les fortes chaleurs...

Repro, Innovations, Bovins Lait, Produits Techniques, Featured

Essayer la FarmBox®, c’est l’adopter !

Situé sur la commune de Mazoires (63), le GAEC du Fayet a investi dans la FarmBox® de Medria en août 2021. Explications...

Génétique, Bovins Lait, Bovins Viande

Le Planning d'Accouplement : Un outil indispensable pour poser la stratégie de l'élevage

Cédric Giroud, Xpert Repro sur le secteur de Monistrol-sur-Loire, nous explique les intérêts de réaliser un planning d’accouplement !