Le mag

En élevage allaitant, comment détecter les chaleurs en fin d’hiver ?

Comment respecter l’objectif d’un vêlage par an et par femelle grâce à l’anticipation, la préparation et de la détection des chaleurs dans les élevages bovins allaitants ?

Témoignage

« La reproduction est une fonction de luxe qui se met en route uniquement lorsque tout va bien. Tant que le corps est occupé à certaines tâches, il ne peut pas passer à autre chose. C’est pourquoi il est essentiel d’anticiper les choses pour bien préparer ses vaches et génisses, ainsi que de les accompagner tout au long de leur reprise de cyclicité. »

Jacky Martin
Responsable Technique & Commercial XR Repro

L’un des enjeux en élevage bovin allaitant est d’obtenir un vêlage par femelle et par an. Cela laisse une période de 3 mois à la vache pour reprendre sa cyclicité, et ainsi être remise à la reproduction et être fécondée. Plus une vache aura une reprise de cycle rapide, plus les matrices seront vidangées et toniques. Un atout pour une future reproduction réussie ! Une vache cyclée est une vache que l’on peut remettre à la reproduction, avec une insémination sur la 2ème ou troisième chaleur.

 

Bien connaître les facteurs qui impactent la reprise de cyclicité et la manifestation des chaleurs pour mieux les maîtriser

 

La reprise de cyclicité peut être difficile en fonction des situations : suite à un vêlage de gros veaux, de jumeaux, ou encore après un vêlage d’un veau mal positionné pour lequel une intervention est nécessaire. Les mauvaises délivrances, une infection ou encore une césarienne sont autant de facteurs qui retarderont les chaleurs. Le mot clé est donc l’anticipation pour que ce moment délicat se déroule de la meilleure façon possible, et que l’impact sur le retour des chaleurs soit minimisé.

En fin d’hiver, la baisse de la luminosité a plusieurs impacts sur les chaleurs. Il est difficile de détecter la reprise de cyclicité, notamment pour les inséminations sur la période de mi-janvier à fin mars. La faible luminosité entraine une baisse de sécrétion de GNRH par l’hypothalamus, hormone destinée à stimuler l’hypophyse. Cette baisse provoque une réduction de production de deux hormones : la FSH (qui stimule la croissance folliculaire) et la LH (qui stimule l’ovulation). La reprise des chaleurs sera donc plus compliquée.

Après vêlage, une fois l’involution utérine effectuée, les organes producteurs d’hormones de reproduction se remettent à fonctionner progressivement jusqu’à aboutir à une première ovulation, dans les 3 premières semaines post-partum. Cette dernière est rarement accompagnée de chaleurs. C’est au bout d’environ 35 jours que l’on peut observer les premières chaleurs. Fait notable, le stimulus provoqué par l’allaitement des veaux va réduire la production de LH, ce qui aura pour conséquence de rallonger le temps de reprise de cyclicité des vaches.

De plus, à cette période de fin d’hiver, les fourrages sont conservés depuis longtemps et contiendront peu de vitamines, comme la vitamine A issue du β carotène. Les animaux ayant des carences en vitamine A présenteront des ovulations retardées, et les chaleurs se manifesteront faiblement. Le taux de fécondation est également impacté.

 

 

Préparer la reprise de cyclicité et les chaleurs pour mieux les détecter

 

Préparer...

La clé de la préparation de la reprise de cyclicité des vaches allaitantes se situe dans l’anticipation. La préparation au vêlage fait partie de ces leviers à actionner pour limiter les problèmes liés à la mise-bas et ainsi avoir le meilleur retour en chaleurs possible. Le minéral GENIAL Pré-vêlage, avec un apport de 150 à 200g/jour sur des vaches taries et génisses en fin de gestation (6 à 8 semaines avant vêlage), permet d’anticiper les différentes complications liées au vêlage et de préparer la matrice de la femelle aux contractions.

L’alimentation joue un rôle essentiel à la bonne préparation des femelles. Elles ne doivent ni être sous-alimentées, ni suralimentées.

Dans le cas d’une suralimentation, les vaches grasses auront plus de difficultés à vêler (moins de contractions utérines) et également à revenir en chaleur, car la graisse limite les échanges hormonaux et on trouve plus de pathologies ovariennes sur les femelles grasses.

Dans le cas d’une sous-alimentation, lors d’un hiver sec et limité en fourrage, les animaux vont maigrir. Les vêlages seront difficiles et la reprise de cyclicité sera longue lié au déficit énergétique.

« Certaines vaches peuvent se mettre au repos au niveau des fonctions reproductrices si elles sont sous-alimentées. En élevage allaitant, le veau est la priorité, d’autant plus pour les primipares : elles sont encore en phase de croissance et doivent également mobiliser des ressources pour le veau. Par exemple, pour des éleveurs qui donnent de la paille car il n’y a pas assez de foin, la fibre de la paille apporte peu d’énergie et peu de protéines. Il faut alors complémenter avec un concentré équilibré qui apporte de l’énergie et un correcteur azoté. Ce sont des choses à traiter au cas par cas, en fonction de la zone. » nous explique Jacky MARTIN, Responsable Technique & Commercial à XR Repro.

 

... Pour mieux détecter

 

Vache Sensehub XR Repro

La détection d’un bon retour de cyclicité peut se faire à l’aide d’une échographie Aptitude, réalisée à partir de 30 jours après vêlage, et jusqu’à 50 jours. Elle donne la possibilité de vérifier si les matrices sont propres et revenues à leur état initial suite à l’involution utérine. La présence d’un corps jaune, détecté lors de cette échographie, permet d’établir la reprise de cyclicité. 

 

Pour pallier au problème des vaches non cyclées, il existe deux systèmes :

- La synchronisation des chaleurs, où l’on induit un cycle sur celles non cyclées, et où il est possible de réaliser une IA sur celles qui ne manifestent pas leurs chaleurs grâce à l’instauration d’une heure fixe de chaleurs et donc une heure fixe d’IA. C’est un outil très pratique en allaitant, pour passer au-delà des problèmes de manifestation des chaleurs, détection des chaleurs et la non cyclicité.

- La réalisation d'un flushing 3 semaines avant la mise à la reproduction pour améliorer la manifestation des chaleurs et améliorer la fertilité des femelles. Afin de faciliter le suivi du retour en chaleurs des femelles en vue d’une insémination, XR Repro met à disposition de ses éleveurs adhérents un calendrier. Il permet de noter et de visualiser rapidement l’ensemble des chaleurs des femelles de l’exploitation, les dates de vêlages, les conditions de mise-bas, et de garder un historique. Pour en bénéficier, il suffit de le demander à son Xpert ! 

 

Aujourd’hui, la technologie et l’innovation se mettent au service des élevages en proposant des solutions de monitoring, comme les détecteurs de chaleurs. Le Sensehub en tant qu’allié de l’éleveur, permet de détecter tout type de chaleurs qu’elles soient silencieuses ou non, et met en évidence les animaux non cyclés.
N’hésitez pas à vous rapprocher de votre Xpert pour évoquer ensemble ces actions d’anticipation, de préparation et de détection !

 

CONTACTEZ VOTRE XPERT !

Ces articles pourraient également vous plaire

Bovins Viande

Le monitoring, une solution pour améliorer la détection des chaleurs

La mise en place d’outils monitoring aide les éleveurs allaitants à détecter les chaleurs après la mise-bas de leurs vaches de façon à améliorer les résultats de reproduction de l’exploitation. 

Lire l'article
Bovins Viande

Organiser la repro des vaches allaitantes après la mise-bas

Echographier ses vaches allaitantes après le vêlage permet d’identifier d’éventuels dysfonctionnements afin d’agir et limiter le nombre de jours improductifs.

Lire l'article
Repro, Featured, Bovins Viande, Produits Techniques

Comment le SenseHub aide au pilotage global d'un troupeau allaitant

Au Gaec des Colibris, Dylan ROCHAS a choisi le SenseHub pour mieux gérer la santé et la reproduction de ses vaches allaitantes en période de transition dans la gestion des vêlages.

Lire l'article