My XR

Le mag

LA JEUNESSE AU CœUR DE L'AMÉLIORATION GÉNÉTIQUE

Dylan CHIROUZE, éleveur au GAEC de LADREYT (07) et Willy QUIRON-BLONDIN, technicien de race Montbéliarde, présentent le parcours génétique de l’élevage et donnent un aperçu des objectifs futurs.

témoignage

Si l’on participe au schéma c’est pour avancer plus vite en génétique. On arrive à avoir des jeunes taureaux en semence sexée pour par la suite sortir des produits comme les génisses en station ou des mâles en station. 

Dylan chirouze
gaec de ladreyt

 

 

Dylan CHIROUZE, 23 ans, est en GAEC depuis 2022 avec sa mère. Il est président du syndicat Montbéliard de l’Ardèche depuis l’année dernière, vice-président du canton JA de Vernoux et administrateur CUMA. Investi et plein d’idées concernant son exploitation, il revient sur la conduite de l’élevage et ses ambitions en termes de génétique.

 

 

Une stratégie génétique réfléchie

 

Le GAEC de LADREYT se situe sur la commune de Vernoux-en-Vivarais, au cœur de l’Ardèche à 650 mètres d’altitude. L’exploitation se compose d’une SAU de 118 hectares, dont une partie irrigable en maïs céréale et 5 hectares dédiés à la culture de châtaignes.

 

Le troupeau comprend une cinquantaine de laitières de race Montbéliarde, avec une production de 8 000 kilos de lait en moyenne à 43 en TB et 35 en TP. Tout le lait est vendu à la laiterie SODIAAL de Vienne. À son installation, Dylan a eu un quota de 300 000 litres de lait et depuis l’année dernière le total de l’exploitation a atteint un quota de 658 000 litres.

Dylan souligne que « l’exploitation est une reprise familiale, ça fait trois générations au moins qu’elle existe. » Il explique également que depuis que la semence sexée existe, ils l’utilisent sur le troupeau. « On essaye d’élever une quinzaine de génisses par an, ce qui fait à peu près un taux de renouvellement de 30%. Tout le reste du troupeau est inséminé en croisement. Depuis 2015, les génisses sont génotypées ce qui a permis d’accélérer notre sélection ».

 

Les objectifs de sélection du GAEC de LADREYT se portent sur des vaches qui font du lait avec du taux, mais qui sont aussi faciles à vivre, qui ont des bons aplombs et surtout de bons fonctionnels. Les accouplements sont réalisés au cas par cas afin d’obtenir le meilleur progrès génétique pour la descendance.

 

« Depuis mon installation, on sait qu’on a un potentiel génétique intéressant sur l’exploitation. On sait qu’on peut avancer très vite au niveau génétique et de ce constat, un des objectifs que je me fixe est aussi d’amener du confort aux vaches. On a refait le bâtiment, agrandi l’aire paillée, on va investir dans une ventilation et un repousse fourrage. On veut exprimer le potentiel qu’on a avant d’en développer encore. On ne veut surtout pas perdre nos capacités, surtout au TP qu’on a réussi à bien développer depuis quelques années maintenant. Et puisque toutes les génisses sont au schéma c’est le Technicien de Race Willy QUIRON BLONDIN qui s’occupe de la partie accouplement. »

 

L’œil aguerri du technicien de race

 

Un niveau génétique qui ne laisse pas indifférent Willy QUIRON-BLONDIN.

 

« Le GAEC de LADREYT, on le suit dans le schéma de sélection depuis de très longues années. Ils ont utilisé la semence sexée depuis le tout début, depuis les premières doses, du taureau RALBAN par exemple. Puis ils ont pu bénéficier de quelques génotypage schéma de sélection dans les toutes premières années du génotypage et sans plus tarder, ils n'ont pas hésité à génotyper eux-mêmes l'ensemble de leurs génisses. De ce fait là, on a vu un potentiel génétique assez impressionnant dans l'ensemble de l'élevage qui est constitué de 55 laitières.

On a tout de suite découvert quelques femelles qui ont crevé l'écran, notamment les deux souches qu'on suit principalement dans le cadre du schéma de sélection aujourd'hui. On a pu connaître les grands-mères de ces animaux-là qui étaient déjà à l'époque fortement indexées. 

Très rapidement, le niveau génétique a complètement explosé et on arrive avec un niveau de douze génisses indexées à plus de 153 points d’ISU. Ça fait partie des meilleurs élevages Montbéliard qu'on peut suivre sur la zone XR Repro en termes de niveau génétique. De plus on a eu la chance d'avoir une génisse qui a intégré le pôle de la station UMOTEST. La même année, on a aussi eu l'opportunité de rentrer deux mâles à UMOTEST. »

 

Au vu de ce niveau génétique, Willy s’est tourné vers Dylan pour lui proposer de collecter et de continuer à produire des mâles pour Umotest mais aussi des femelles. De ce fait, l’année dernière, le GAEC de LADREYT a collecté PAILLETTE et OSIRENE (MAYOR/HALLEZ).

OSIRENE a déjà rentré un mâle d’OXYBUL à la station UMOTEST et a été collectée au GAEC de LADREYT en semence sexée avec RODELICE (1) et PACTOLE (6). Les résultats ont été très prometteurs. En moyenne elles sont indexées à 173 points d’ISU, 1880 kg de lait, 120 de morphologie et 117 en mamelles. Avec dans la fratrie la plus indexée à 195 points d’ISU.

FR0734049553 GAEC DE LADREYT MAYOR OSIRENE

« C'est toujours un plaisir de travailler au GAEC de LADREYT depuis de très longues années. J'ai travaillé avec le papa de Dylan, Frédéric, et aujourd’hui travailler avec Dylan est génial. Il y a une relation de confiance entre nous qui nous permet d'arriver à des résultats hyper intéressants. Je remercie le GAEC de LADREYT de nous avoir fourni un tel potentiel génétique aujourd'hui, notamment sur la femelle avec cette génisse rentrée en station. Et puis pour 2023, j'aimerais qu'on arrive à poser des embryons de la station qui nous permettraient de rentrer de la génétique extérieure au troupeau. »

 

Regard tourné vers l’avenir

 

« A l’avenir, on veut continuer à s’appuyer sur la génétique qu’on a, tout en l’améliorant encore. On veut simplifier le travail en améliorant les conditions et surtout le confort des animaux pour qu’elles puissent produire au mieux. Par la suite, il y aura peut-être d’autres installations, comme ma sœur qui prendra la suite de ma mère. Pour finir la fierté qu’on aurait après tout ce travail sur la génétique serait de continuer à développer la race. Si l’on pouvait sortir des taureaux ou même participer à des concours ce serait une superbe récompense. »

Photo LADREYT

 

Ces articles pourraient également vous plaire

Repro, Caprins

L'intérêt de complémenter toute l'année en élevage Caprin

Associée au GAEC de la Cabraire, Jessica Bompard Alaize nous explique les intérêts de complémenter les animaux toute l’année en élevage caprin grâce aux solutions GENIAL …

Ovins, Produits Techniques

L'innovation au service de la performance

GENIAL, l’innovation entre la génétique et l’alimentation, accompagne les éleveurs ovins dans l’amélioration de l'immunité et de la reproduction du troupeau.

Ovins

L'intérêt des échographies ovines

A la tête d’un troupeau de 280 brebis et 4 béliers en Ardèche, Alain CROZIER a recours depuis plus de 10 ans à l’échographie pour gérer la reproduction de son troupeau.