Le mag

Le tannin de châtaignier en support à la fécondité

Intégrée à la ration, la mélasse de châtaignier, plus couramment appelée « Tannin de châtaignier », valorise la protéine soluble présente dans la ration des ruminants.

Témoignage

« Dans nos régions, où très souvent l’herbe représente 40 à 60% de la ration de base, il est pratiquement impératif d’utiliser du Tannin de châtaignier pour mieux valoriser la ration et gérer les impacts négatifs de l’azote soluble sur la santé et la reproduction des animaux »

Patrick Cheucle
Nutritionniste

Dans les élevages bovins, ovins et caprins, le Tannin de Châtaignier est utilisé depuis au moins 30 ans. C’est un produit utilisable aussi bien en élevage conventionnel qu’en agriculture biologique. Dans la nature, les animaux trouvent ce tannin dans l’écorce des arbres résineux. C’est un réflexe naturel, qui leur permet de valoriser l’azote soluble, et ainsi de diminuer les effets négatifs lorsqu’il est présent en trop grande quantité dans l’organisme.

 

Trop d’azote nuit à la santé des animaux


Le fonctionnement du rumen et de l’organisme des ruminants se trouvent perturbés lorsque trop d’azote soluble est présent dans la ration. La synthèse de l’azote soluble demande beaucoup d’énergie pour se faire, ce qui engendre un amaigrissement. Or, un animal qui maigrit est un animal qui aura des difficultés à féconder. Les impacts seront d’autant plus forts que les doses d’azotes sont élevées. L’impact se retrouve sur la santé générale de l’animal, mais le facteur principalement impacté reste la reproduction.

 

 

Variations du taux d’urée et impact sur la reproduction


L’urée est issue du traitement des matières azotées par le rumen, et des acides aminés via l’intestin. Dans la panse des ruminants, des microorganismes vont digérer les aliments mangés par la vache. Ce qui résulte de cette digestion passera par l’intestin grêle, pour être à son tour assimilé par l’animal.


Il est essentiel de préserver les microorganismes, via l’apport d’énergie et de protéines, si l’on veut préserver la santé de son troupeau. Si les PDIN (Protéines Digestibles dans l’intestin grêle (PDI) permises par l’azote (N) apporté par l’aliment.) ou PDIE (Protéines Digestibles dans l’intestin grêle (PDI) permises par l’énergie (E) apportée par l’aliment) n’ont pas le même équilibre, c’est celui qui a le chiffre le plus bas qui détermine la quantité de travail que les microorganismes peuvent fournir, et donc la quantité de nourriture assimilée par l’animal.


Quand l’animal a trop d’urée dans la panse celle-ci devient une toxine. Cet excès est extrait par les vaisseaux sanguins qui entourent la panse, puis part dans le sang. Quand il y en a beaucoup trop, c’est le foie qui est alors obligé de le recycler. Pendant que le foie est mobilisé à cette activité, il ne transforme pas les acides gras en énergie. C’est l’ensemble des fonctions digestives qui ne remplissent plus leurs fonctions de base.


Le taux d’urée présent dans le lait lors des analyses fait donc partie des indicateurs à surveiller. Il correspond au taux d’urée présent dans le sang de l’animal. Si le lait était analysé quotidiennement, les variations du taux d’urée observées seraient très fortes. Un pic d’urée dans le sang va fragiliser, voire faire exploser les micro vaisseaux sanguins qui accrochent les embryons sur la paroi placentaire, avec comme conséquence la possibilité d’un avortement tardif, jusqu’à la 6ème semaine après IA.

 

L’apport du Tannin de Châtaignier


En cas d’excès de matière azotée, et donc d’urée, le Tannin de Châtaignier, qui valorise les protéines nobles, va aider à rétablir l’équilibre au sein de l’appareil digestif de l’animal en apportant des PDIE et PDIA (Protéines Digestibles dans l’intestin grêle d’origine alimentaire non dégradées). Analyser le taux d’urée, et constater l’état des bouses de ses animaux permet d’évaluer et d’ajuster la quantité d’apports en azote soluble à apporter dans la ration, et donc de Tannin de Châtaignier. Quand elles sont liquides, on augmente le tannin, quand elles sont trop dures, on réduit la quantité de tannin.


La protéine présente dans la ration de base est moins gaspillée et mieux valorisée, ce qui permet une réduction de l’utilisation du tourteau de 500gr à 800gr. Environ 500gr dans une ration type plaine de Brioude avec 50% d’ensilage de maïs et 50% d’herbe dans la ration. Et environ 800gr dans une ration type 100% d’herbe. Pour une vache laitière, il faut compter un apport de 40 à 80gr de Tannin de châtaignier dispensé par jour. C’est un produit utilisable pour tous les ruminants, sauf les monogastriques et les jeunes animaux car il est constipant.

 

Besoin de faire un devis ? 

Ces articles pourraient également vous plaire

Caprins

Les clés pour améliorer la santé mamelle de vos chèvres

Prévenir les infections mammaires en élevage caprin nécessite de bonnes pratiques de traite et le bon réglage de l’installation de traite.

Lire l'article
Approvisionnement

Les atouts du Tannin de Châtaignier pour l'ensilage

Préparer l’ensilage pour améliorer sa conservation, la valorisation de la protéine, et l’appétence, un enjeu technique et économique pour les élevages.

Lire l'article
Repro, Featured, Bovins Viande

En élevage allaitant, comment détecter les chaleurs en fin d’hiver ?

Comment respecter l’objectif d’un vêlage par an et par femelle grâce à l’anticipation, la préparation et de la détection des chaleurs dans les élevages bovins allaitants ?

Lire l'article