My XR

Le mag

Réussir les vêlages à 2 ans en race charolaise

Associé au GAEC du Logis Neuf, Denis RIGOULET nous explique l’intérêt de faire vêler ses génisses à 2 ans et nous livre les clés pour y parvenir …

Témoignage

« Faire vêler nos laitonnes à 2 ans permet de gagner un veau dans la carrière de la femelle et de rapporter jusqu’à 1000 € supplémentaires pour une femelle vendue en broutard ou 1600 € pour un mâle vendu en taurillon. Cela permet également d’avancer plus rapidement dans la génétique et réduire les coûts de production. »

denis rigoulet
gaec du logis neuf (63)

Installés dans le Puy-de-Dôme sur la commune de Condat-lès-Montboissier, Denis RIGOULET est associé avec sa femme au GAEC du Logis Neuf où ils conduisent un troupeau de 100 Charolaises en système naisseur-engraisseur sur une SAU de 160 ha. Depuis plus de 20 ans, ils ont pris le parti de faire vêler des génisses à 2 ans. Retour sur cette pratique, son intérêt et les clés de sa réussite…

 


« C’est par hasard que nous avons commencé, il y a plus de 20 ans, à faire vêler des génisses à 2 ans. Nous avions à l’époque une laitonne pleine dont le vêlage s’était très bien passé. Les années suivantes, nous avons essayé de reproduire l’expérience sur 2 à 3 laitonnes. Aujourd’hui, nous en sommes à 50% du renouvellement, soit 10 à 12 laitonnes par an. L’objectif est de gagner un veau sur la durée de vie de la femelle, pour qu’elle reste une année de moins improductive. Cela permet de réduire les coûts de production et également d’avancer plus rapidement dans la génétique.


La période de vêlage se situe entre octobre et janvier. Les veaux sont élevés au lait sous la mère dès le premier mois. Pour développer la panse, ils ont de l’épeautre en pur et du foin à volonté. A partir du deuxième mois, on leur donne à volonté un Mash fabriqué sur l’exploitation, à base de paille, de regain, de céréales et de minéraux ; l’objectif étant d’avoir une croissance de 1 kg à 1,1 kg au sevrage. Les veaux sont sevrés mi-août, avec un GMQ un peu moins élevé jusqu’à la période de reproduction, de 800 à 900 g, pour que les animaux grandissent mais surtout ne graissent pas.


Les inséminations commencent lorsque les génisses ont 15 mois et un poids minimum de 450 kg de poids vif. Pour nous aider à la décision et faire le choix des génisses à inséminer à 2 ans, nous utilisons les critères du contrôle de performance avec les pesées et les meilleurs pointages. Depuis l’année dernière, nous faisons également du génotypage pour avoir des index dès le plus jeune âge des génisses. Cela nous aidera encore à affiner nos accouplements et ainsi progresser génétiquement encore plus vite.


En génétique, nous utilisons des taureaux supers naisseurs comme HIVER P, MANOLO, JOGGING ou encore FLIPPER. Pour le vêlage à 2 ans, nous n’utilisons que des taureaux dont les index facilité de naissance et aptitude au vêlage sont supérieurs à 100.

Image Article 3Un mois après l’insémination des constats de gestation sont réalisés. S’il y a des génisses qui sont vides, on retente une IA, en sachant qu’on ne dépasse pas le 14 février pour ne pas les décaler en début de carrière sur la période de vêlage. Les génisses qui ne seraient toujours pas pleine, après cette limite, vêleront à 3 ans.


Nous posons ensuite des bolus d’oligo-éléments sur les génisses avant de les emmener au pâturage. L’été, elles ont des seaux à lécher pour les préparer au vêlage, un mois avant. Elles sont ensuite rentrées en bâtiment pour leur apporter de l’énergie sous forme de céréales avant le vêlage. Au moment du vêlage, les génisses pèsent entre 700 et 720 kilos. »


Les exploitants avaient réalisé une étude sur les poids carcasse d’une bête de l’exploitation qui vêle à 2 ans. En moyenne, ils étaient à un poids carcasse de 420 kilos ce qui est légèrement inférieur par rapport à une carcasse de vêlage 3 ans. Mais aujourd’hui, le marché ne cherche plus forcément de grosses carcasses. Ce qui les pénalisent donc très peu sur la moyenne des poids carcasse, et en revanche, ils gagnent un veau sur la carrière de l’animal, ce qui correspond à 1000 € supplémentaires pour une femelle vendue en broutard ou 1600 € pour un mâle vendu en taurillon.

Ces articles pourraient également vous plaire

Événements

Reproduction Caprine

Connaître les principes fondamentaux de la reproduction chez la chèvre et développer ses compétences pour gagner en autonomie dans la gestion de son troupeau.

Repro, Bovins Viande, Produits Techniques

Comment le SenseHub aide au pilotage global d'un troupeau allaitant

Au Gaec des Colibris, Dylan ROCHAS a choisi le SenseHub pour mieux gérer la santé et la reproduction de ses vaches allaitantes en période de transition dans la gestion des vêlages.

Bovins Lait

Gagner plus d'euros avec l'indice €uroval Yperios

A la tête d’un troupeau de 40 Montbéliardes, Stéphane RAPATEL fait naître chaque année une trentaine de veaux croisés Yperios 95 et Yperios Excellence, qu’il vend à l’âge de 4 à 5 semaines au marché de Sian Sainte Marie. Le recours à l’indice €uroval et sa conduite exemplaire des veaux lui permettent de gagner 100 à 130€ de plus-value par tête. Explications...