Le mag

Choisir & préparer ses receveuses pour la remise en place des embryons

Utiliser la Transplantation Embryonnaire comme accélérateur génétique de son troupeau, c’est possible, et accessible. Comment sélectionner et préparer les receveuses au sein d’un troupeau ?

Témoignage

« Bien choisir les femelles receveuses à partir de critères techniques, et prendre le temps de les préparer, participe activement à améliorer la réussite de la transplantation embryonnaire. »

François Mansot
Xpert Repro

Chaque éleveur qui souhaite utiliser la Transplantation Embryonnaire comme outil de progression génétique sera amené à travailler en concordance avec son Xpert et son Technicien Repro Transplantation Embryonnaire afin de définir ensemble les femelles qui deviendront des receveuses.

 

Choisir ses receveuses

 

L’intérêt principal de la transplantation embryonnaire est de faire entrer de la nouvelle génétique au sein de son troupeau, et particulièrement de la haute génétique. Les femelles choisies pour être receveuses, qu’elles soient des génisses ou des vaches, seront celles possédant le moins bon patrimoine génétique. Celles qui habituellement seraient en semence croisée porteront alors des veaux issus de souches extérieures génétiquement supérieures. 4 à 6 femelles peuvent être choisies pour devenir receveuses et préparées pour un chantier de remise en place des embryons d’une donneuse.

 

Les femelles à prioriser pour devenir receveuses sont les génisses de 15 à 20 mois. N’étant pas en période de lactation, elles ne produisent pas de lait et seront moins sujettes à des soucis d’ordre métabolique. Comme une génisse n’a jamais vêlé, il y a très peu de probabilité de problèmes de reproduction. Dans le cas contraire, la femelle est directement écartée des candidates.

 

Concernant les vaches, l’une des premières choses à regarder est leur historique : ont-elles des difficultés à féconder ? Quel âge ont-elles ? Une vache candidate à une transplantation embryonnaire ne devra pas avoir eu plus de 3 veaux. Elle doit être bien cyclée avec une bonne fécondité, ne pas avoir de problème de santé particulier et être en reprise de poids.

 

En plus de ces éléments, l’utilisation de l’échographie pour vérifier que la femelle est en état de recevoir un embryon est un réel atout pour mettre toutes les chances de son côté.

 

Bien préparer ses receveuses

mise en place des embryons - francois mansot - xr repro

L’éleveur et l’Xpert travaillent de concert pour identifier les potentielles receveuses de l’exploitation et la période la plus propice pour les transplanter. Une fois le choix arrêté, le calendrier à prendre en compte est celui de la date prévue de pose de l’embryon. Cette date conditionne l’ensemble des actions et processus à mettre en place pour préparer les receveuses et maîtriser leur cycle de reproduction. Il est préférable d’anticiper la recherche et la préparation de ses receveuses pour que l’ensemble se passe le plus sereinement possible et que les chances de réussite soient maximisées.


En amont de la transplantation embryonnaire, l’éleveur peut mettre en place un flushing afin de maximiser les manifestations des chaleurs des femelles et de les préparer physiologiquement. L’alimentation est idéalement composée de foin et de concentré ( ¾ céréales ¼ tourteau), et de 150gr de minéral GENIAL Pré’vêlage pour apporter des vitamines et des oligo- éléments, 1 mois avant la pose de l’embryon.


Pour remettre les embryons en place, il est préférable d’éviter les périodes de transition alimentaire ou de grosses chaleurs en été, et de déparasiter ses animaux. Le stress est également un facteur à prendre en compte et à limiter autant que possible.

 

Maîtriser le cycle de reproduction des receveuses

 

La receveuse doit être au même stade physiologique que la donneuse afin de maximiser les chances de réussite. C’est pourquoi la synchronisation des chaleurs de la receveuse avec la donneuse s’effectue grâce à un protocole vétérinaire strict à respecter.

 

Si l’insémination est un geste précis, la Transplantation Embryonnaire l’est encore plus. L’embryon sera déposé au cœur de l’appareil reproducteur de la femelle : dans la corne utérine. C’est pourquoi il est nécessaire d’avoir une excellente contention au moment de la remise en place, avec la présence de l’éleveur pour limiter les mouvements de la femelle.


Il est important à la fois pour les éleveurs et les Xperts de respecter l’ensemble du protocole. Si à tout moment il y a un souci de préparation, ou un souci particulier, l’éleveur ne doit pas hésiter à en faire part à son Technicien.


Enfin, 30 jours après la pose de l’embryon, une échographie est réalisée afin de constater si gestation il y a.

PRENDRE CONTACT AVEC SON TECHNICIEN EMBRYONNAIRE

Ces articles pourraient également vous plaire

Featured, Génétique, Bovins Lait

Atteindre ses objectifs d’élevage avec le génotypage

La mise en place du génotypage systématique des lots de génisses : une stratégie payante pour obtenir le potentiel génétique souhaité.

Lire l'article
Bovins Lait

La remise en place des embryons station Umotest : pourquoi, et comment ?

Grâce à Umotest, utiliser la transplantation embryonnaire au sein de son élevage de vaches Montbéliardes, c’est se donner toutes les chances d’augmenter le potentiel génétique de son troupeau.

Lire l'article
Bovins Lait

Gérer la mise à l’herbe pour une reproduction efficace

La mise à l’herbe des troupeaux est une étape à ne pas négliger si l’on souhaite limiter les problèmes et garder des animaux en état, capables de se reproduire et d’assurer une bonne production laitière.

Lire l'article