Le mag

Le secret d’une insémination réussie

Le secret d’une insémination réussie passe par la bonne connaissance de la vache à inséminer, aux différents stades importants de sa vie. Un suivi échographique très poussé, après vêlage, le jour de l’IA et après insémination permettent d’obtenir un nombre d’informations très précieux, pour l’Xpert, et pour les éleveurs, qui peuvent mener leurs vaches à la repro dans de bonnes conditions.

Témoignage

Une insémination sans échographie, c’est comme avoir une voiture sans jauge d’essence. On ne sait pas jusqu’où on va pouvoir aller ! Plus on a d’informations sur la vache avant de l’inséminer, et plus on aura de chances de la féconder. C’est pourquoi il est important de coupler les échos Aptitude et les échos le jour de l’IA pour avoir un spectre de données allant du vêlage jusqu’à la repro d’après. 

Laurent MANSOT
Xpert Repro sur le secteur de Paulhaguet (43)
Depuis 33 ans, Laurent MANSOT met son expérience au service des éleveurs, en les accompagnant dans le suivi de la reproduction de leur troupeau. Il nous explique comment son métier a évolué grâce aux échographies qui lui permettent aujourd’hui de délivrer une expertise pour une reproduction réussie.

 

laurent bandeau

 

Bien connaître le passé d’une vache pour réussir l’insémination

Le jour de l’insémination, l’idéal est de trouver une vache bien contentionnée, avec de belles glaires, des cornes utérines très toniques et un fond de corps jaune du cycle précédant, un follicule pouvant aller, suivant la race et l’âge, de 13 à 23 millimètres en moyenne. Quand on insémine une vache comme ça, on a de grandes chances qu’elle féconde ! Le but étant d’accompagner nos éleveurs pour tendre vers cette situation, sachant par expérience qu’inséminer sur la 3ème chaleur cyclée entre 80 et 100 jours après vêlage est le meilleur moment pour réussir l’insémination sur une vache en bonne santé.

La clé d’une insémination réussie, c’est de connaître le passé de la femelle, depuis le vêlage, voire avant le vêlage, et jusqu’à la repro d’après. Quel était la note d’état corporel de la vache en fin de lactation ? Une vache tarie doit être bien nourrie avec une concentration de la ration sur les 3 dernières semaines de gestation pour garantir une bonne transition alimentaire et ne pas perdre trop d’état au vêlage.

Quelles ont été les conditions de vêlage ? La vache a-t-elle une bonne involution utérine, des chaleurs bien marquées ? Est-elle bien cyclée ?

Les échographies sont au cœur de cette réussite, car elles nous fournissent nombre de ces précieuses données. Notre métier aujourd’hui, c’est d’abord l’échographie, l’analyse et le conseil que l’on peut proposer aux éleveurs. Chaque jour, je sors l’échographe, curieux de voir les matrices, pour savoir, et pour proposer mon expertise, mes conseils. Inséminer une vache qu’on n’aurait pas vu depuis 1 an, c’est inséminer à l’aveugle ! Et une insémination sans échographie, c’est comme avoir une voiture sans jauge d’essence. On ne sait pas jusqu’où on va pouvoir aller.


Echos Aptitude et échos le jour de l’IA : 2 services qui vont de pair

Depuis 9 ans que je propose l’écho Aptitude et 3 ans l’écho le jour de l’IA, la demande des éleveurs ne cesse d’augmenter. Ces 2 services vont de pair, et aujourd’hui, près de 70% des laitières de mon secteur en bénéficient.

L’échographie Aptitude permet de vérifier l’involution utérine dès 25 à 30 jours après vêlage. gaec-bois-stprivat-PH-ab_BD-100Chez les éleveurs en PERF’ALL, je propose un suivi repro mois par mois, pour voir si les animaux sont cyclés et en chaleurs. Mais je commence toujours par regarder l’état corporel des animaux, et pour décider du bon moment à inséminer, je m’appuie sur les indicateurs de production, comme le rapport TB/TP. Un TP trop faible ou un écart TB-TP trop important, accompagné d’un test β-OH fait à l’occasion d’un chantier échos ou par l’éleveur, permettent de détecter la présence d’acétonémie. Une maladie métabolique qui impacte énormément la qualité des follicules pré-ovulatoires, induisant une mauvaise fécondance. C’est pourquoi il est très important de travailler en amont, sur l’alimentation des vaches taries. L’écho Aptitude donne un fil conducteur aux éleveurs pour mener leurs vaches à la repro dans de bonnes conditions.

L’écho le jour de l’IA permet quant à elle de voir si l’animal est apte à être inséminé ce jour-là. On regarde tout ce qui se passe autour de l’ovaire pour détecter d’éventuelles anomalies. L’intérêt est d’écarter les animaux qui ne sont pas prêts à être inséminés, pour ne pas gâcher de dose ni gaspiller d’argent. Chez certains éleveurs, on en profite aussi pour voir si ce sont des animaux que l’on fait en XtremiA, ou pas. L’intérêt de l’écho le jour de l’IA, c’est vraiment le gain généré en n’inséminant pas inutilement. L’éleveur économise le prix de l’insémination et le retour derrière. Cette échographie permet de baisser le Coefficient d’Utilisation Paillette. Echographier le jour de l’IA sensibilise aussi les éleveurs à l’importance de l’involution utérine et aux problèmes que peuvent avoir les animaux. Certains arrivent à travailler plus en amont sur les vaches qui ne viennent pas en chaleurs ou qu’ils ne voient pas en chaleurs. Découvrir la métrite le jour de l’IA, c’est embêtant. Et ça arrive plus fréquemment chez les gens qui ne font pas de PERF’ALL ou de PERF’ASSUR.

Avec le constat de gestation, l’intérêt est d’échographier les animaux avant 40 jours, pour pouvoir gagner un cycle. Identifier les animaux vides permet de réduire l’intervalle vêlage-vêlage. Il faut échographier le plus tôt possible.


Investir 1 € dans la repro pour en recevoir 2 !

Inviter les éleveurs à prêter attention à l’état de l’animal, à la production, à tout ce qui va impacter la santé de leurs vaches, les responsabilise. Je les sens de plus en plus concernés par la repro. Notre travail, c’est de les informer et de les accompagner, de leur donner les bons outils pour mieux organiser la repro. Ils savent où en sont leurs animaux dans leur cycle, et s’il y a un problème, peuvent l’identifier pour le traiter. Les éleveurs sont très demandeurs de ça, ils sont moins dans l’inconnu.

Le but final des échographies, c’est de faciliter le travail des adhérents et qu’ils gagnent de l’argent ! Depuis que nous y avons recours, le nombre de vaches à 3 IA et + a considérablement baissé. Avant, j’étais frustré de ne pas avoir de solution à apporter aux éleveurs. Aujourd’hui, on ne fait plus le même travail, on est très technique, et c’est ce qui fait que notre métier existe encore aujourd’hui. Il faut se développer, aller de l’avant, aider les éleveurs ! Le suivi repro permet d’augmenter la réussite à l’IA tout en utilisant une forte proportion de doses sexées sur des animaux dont le potentiel laitier a augmenté, ce qui permet aux éleveurs d’assurer un renouvellement avec une plus-value génétique. Par notre expertise, notre œil extérieur et notre capacité à apporter un conseil supplémentaire, nous faisons notre maximum, tout en gardant beaucoup d’humilité par rapport à la complexité de la repro, intimement liée au vivant.

Pour moi, il est clair que les échographies, loin d’être une charge, sont un investissement qui permet d’améliorer les performances technico-économiques de l’élevage. C’est par elles que les éleveurs peuvent diminuer les coûts (inséminations, déplacements, frais vétérinaires,…), en améliorant les débouchés (réduction du nombre de jours improductifs, augmentation du nombre de veaux nés…). Dépenser 1 € dans la repro permet d’en gagner au moins 2 !


CONTACTEZ VOTRE XPERT !

Ces articles pourraient également vous plaire

Événements

INSÉMINATION PAR L'ÉLEVEUR

Apprendre à inséminer soi-même son troupeau bovin et mettre en place des conditions optimales de réussite de la reproduction.

Lire l'article
Innovations

Eye Breed, pour les éleveurs qui veulent inséminer !

Le 13 avril 2019, AXCE dévoilait l’Eye Breed à la confrontation européenne de Libramont. Une innovation technologique pour les éleveurs souhaitant inséminer eux-mêmes !

Lire l'article
Repro, Bovins Lait

L’importance du suivi échographique pour réussir la reproduction. Les éleveurs nous en parlent …

Installée depuis 2005 avec 4 associés de sa famille au Gaec du Monteil, sur la commune de Mazeyrat d’Allier (43), Muriel TRIDOT a fait le choix du suivi échographique PERF’ALL pour ses 120 Holstein hautes productrices. Elle nous explique pourquoi…

Lire l'article